En pied d’immeuble, au cœur des jardins collectifs ou partagés, au sein d’un quartier d’affaires ou d’habitations… le compostage partagé se développe sur le territoire de la métropole dijonnaise.

  

C’est l’association Arborescence, partenaire de Dijon métropole, qui a initié le lancement de cette pratique éco-citoyenne en 2013. Son rôle a été d’accompagner les résidents de copropriétés, d’habitat social, des salariés d’entreprises et des jardiniers volontaires, afin de les initier aux règles du compostage partagé.

 

L’objectif de ce dispositif est double : il vise à réduire la quantité et le coût de traitement des déchets, mais aussi à créer du lien social entre habitants, jardiniers ou collègues. À la clé, la production de compost gratuit à réutiliser pour les plantes en pot et dans les espaces verts : une vraie récompense pour ceux qui contribuent au bon fonctionnement de la placette de compostage.

 

Depuis, seize structures ont pris le relai pour continuer à faire vivre vingt-deux sites de compostage de quartier sur les soixante-deux sites mis en place à fin 2018. Parmi elles, Latitude21 s’occupe de la plateforme de compostage du jardin du mont des muses qui mobilise tout un quartier : « 82 bioseaux ont été distribués et certains habitants viennent avec leurs propres récipients », explique Sébastien Appert, directeur de la Maison de l’Architecture et de l’Environnement de Dijon métropole.

L’association Engrainage s’inscrit dans la même veine puisqu’elle œuvre pour l’installation de placettes de compostage dans le cœur de ville dijonnais. « À l’heure actuelle, trois placettes sont en activité (square Gaston Roupnel, Jardin des Apothicaires et square Carrelet de Loisy), deux autres sont en cours de création (Jardin d’Esterno et promenade de l’Ouche) », informe Guillaume Béal de l’association Engrainage.

Grâce au concours des budgets participatifs de la ville de Dijon, l’association Un Tigre au parc a quant à elle pu former 8 guides composteurs et distribuer 150 bioseaux. « Le bac d’apport de 1 100 litres est rempli en moins d’un mois, c’est pourquoi nous devons rester vigilants et faire preuve de rigueur lors de nos permanences à tour de rôle. C’est de l’organisation mais le site fonctionne très bien », souligne Michel Dumont, président de l’association Un Tigre au parc.

 

Qu’elles soient identifiées comme étant un service municipal, une association d’habitants, une MJC… toutes ces structures engagées dans le dispositif ont pour mission d’informer les nouveaux participants des modalités d’apports, de leur distribuer un bioseau, d’organiser les transferts et la récupération du compost avec la population. À noter également que pour chacun des sites, deux personnes sont formées « guides composteurs » et assurent ainsi un rôle d’accompagnement des ménages acteurs de la placette de compostage du quartier. Ils ont aussi pour rôle de vérifier le bon fonctionnement du site et sont en lien permanent avec l’association Arborescence et les ambassadeurs du tri de Dijon métropole en cas de besoins (maintenance, outillage et échanges de pratiques).

 

En assurant la livraison de broyat de branches, matière indispensable au bon fonctionnement d’une placette, les services des espaces verts des communes contribuent à la réussite de ce dispositif  visant à augmenter la valorisation des biodéchets.

 

Pour trouver le site de compostage de quartier le plus proche de chez soicliquez ici